Les enjeux scientifiques du projet

I-Pourquoi étudier des trésors monétaires ?

Les mentions dans les sources de découvertes de trésors d’objets et/ou de pièces précieuses remontent à l’Antiquité, mais c’est seulement à partir du XIXe siècle que les savants se sont intéressés, d’un point de vue scientifique, à cette documentation. Il s’agissait alors tirer de l’analyse minutieuse de ces précieux témoins des informations sur la circulation monétaire, sur les échanges économiques, ou encore sur les raisons de leur enfouissement. Adrien Blanchet, le premier, établit une théorie générale des enfouissements des trésors monétaires du IIIe siècle, les considérant comme des marqueurs des invasions destructrices des Germains (BLANCHET 1900 & 1936). Ainsi naissait l’idée que la majorité des dépôts monétaires s’expliquait pour des raisons liées à des peurs et des désordres économiques et politiques (PFLAUM 1977).

Le projet TreMoG est le volet français d’une entreprise internationale portée par Andrew Wilson (Oxford Roman Economy Project) et Chris Howgego (Ashmolean Museum) dans le cadre du projet ‘The Coin Hoards of the Roman Empire Project’ (abrégé CHORE). L’objectif de ce projet est de combler une lacune majeure dans l’inventaire numérique des trésors monétaires antiques. Il a vocation à recenser le plus d’informations possible sur ces dépôts de monnaies en circulation dans la Gaule romaine entre les années 30 av. J.C. et le début du Ve siècle après J.-C. L’emploi de dépôt est ici préféré à celui de trésor, car plus neutre (AUBIN 2007). Dans ce cadre, les monnaies impériales, c’est-à-dire celles frappées par le pouvoir central à partir de l’empereur Auguste, forment le coeur de la documentation étudiée, même si les monnayages celtes ou frappés dans les provinces de l’empire ne seront pas négligés. Une place essentielle sera donnée à l’étude fine des contextes de découverte des dépôts, seule approche satisfaisante pour tirer de cette documentation des informations historiques substantielles (DOYEN 2011 ; REECE 2011). Le projet CHORE a été engagé grâce au soutien du Baron Lorne Thyssen par le biais de la Fondation Augustus. Il est prévu que la base de données d’Oxford serve d’outil principal pour l’étude systématique à la fois des trésors monétaires recensés, mais aussi des informations historiques multiples qu’il est possible d’en tirer. Sur le site internet du projet, un outil de cartographie dynamique en ligne permettra d’obtenir, sur simple requête, des résultats très originaux, susceptibles de renouveler notre approche des trésors monétaires. La base de données, qui fonctionne aujourd’hui sous la forme d’une web application en ligne, a été conçue par Jérôme Mairat, co-responsable du PICS TreMoG. Le projet est financé jusqu’en 2018, avec comme principal objectif de collecter et d’intégrer dans la base autant de dépôts que possible (un second financement est envisagé pour la période 2019-2022). L’ensemble du travail, qui implique la participation de nombreux partenaires anglais et étrangers, est coordonné par Philippa Walton, docteur en histoire et chercheur attitré du projet CHORE. Durant ces trois prochaines années, la tâche principale consistera à intégrer le contenu général de chaque dépôt (inventaire général, datation, contexte). Certains dépôts seulement seront intégrés dans leur totalité, au niveau de la pièce.

Afin de diffuser les premiers résultats obtenus, une conférence internationale sera organisée en 2016. Elle sera consacrée à l’analyse sérielle et à l’interprétation des dépôts, en particulier à leur apport à l’histoire de l’économie romaine. Les actes seront publiés par Oxford University Press.

II-Les enjeux scientifiques du projet TreMoG :

La participation de chercheurs français, travaillant sur la documentation mise au jour en France, revêt un enjeu stratégique pour la réussite du projet CHORE. En effet, le secteur correspondant à l’ancienne Gaule romaine (France, Belgique et Allemagne), compte parmi les régions les plus riches en découvertes. De fait, malgré l’éparpillement des publications, c’est l’une des zones les mieux documentées, où l’on compte le plus de publications disponibles.

Une collaboration institutionnelle via un PICS permettrait aux partenaires du projet d’avancer considérablement dans l’inventaire et l’analyse, et surtout de rendre public, en ligne et sous la forme d’articles, l’ensemble des données collectées.

Dans le même temps, cette collaboration impliquant des chercheurs confirmés permettrait de mieux former de jeunes chercheurs (doctorants, post docs) dans le domaine de la numismatique et de les associer à un projet de recherche international, et s’appuyant sur des nouvelles technologies susceptibles de renouveler notre approche des humanités. En particulier, nous espérons pouvoir trouver, grâce aux résultats obtenus dans le cadre du PICS, des opportunités de financement de bourses doctorales et post-doctorales, tant en France (LABEX HASTEC) qu’en Grande-Bretagne (Université d’Oxford).

Le projet repose sur une collaboration étroite dans le domaine de la numismatique entre A. Hostein et J. Mairat. Il s’appuie sur un financement conjoint Oxford/CNRS Scheme obtenu en 2014, qui a permis d’organiser deux réunions préparatoires début 2015 à Paris et Oxford. La Maison Française d’Oxford est impliquée dans le projet, le porteur du PICS étant membre scientifique associé de cette institution. Le projet pourra dès lors bénéficier du soutien scientifique et logistique de la MFO.

Un programme prévisionnel de travail pour les trois prochaines années a pu être établi lors des réunions de Paris et d’Oxford organisées début 2015. Trois objectifs ont été retenus :

  • L’étude croisée (numismatique/archéologie) de plusieurs cas d’étude en France.

La recension de la totalité des trésors monétaires romains découverts en France est une oeuvre de longue haleine, jamais achevée de surcroît dans la mesure où chaque année qui passe apporte son lot de nouvelles trouvailles. Le projet TreMoG vise à intégrer le maximum de données, au premier chef celles publiées dans les TAF ou dans des périodiques. Cependant, afin de à nos questionnements et tenter des approches contextualisées des trésors monétaires, il est envisagé de déveloper de manière approfondie plusieurs cas d’études. Ces cas ont été retenus selon les données disponibles, les intérêts et spécialités des différents partenaires, mais aussi sur la base de collaborations individuelles ou institutionnelles existantes.

Le premier secteur à privilégier est la Bourgogne (ancien territoire des Eduens). On s’appuiera sur des ressources disponibles : archives de Xavier Loriot sur la Saône-et-Loire, données de Pierre Nouvel sur l’Yonne. Les personnes pressenties pour ce travail sont A. Hostein, les collègues de l’INRAP (jours/hommes), des étudiants de Master de Besançon. Certains seront rémunérés sur des heures de vacation (ANHIMA). Le second est la région Centre (Bituriges). Les ressources disponibles reposent sur des données de Philippe Charnottet (100 trésors, dont 20 détaillés, actuellement recensés dans des tableaux excell). Il travaillerait avec Arnaud Suspène sur cet aspect du projet.

Le troisième secteur est le Nord de la Gaule, étudié par Ludovic Trommenschlager qui exploiterait des données de sa thèse.

  • La numérisation et l’intégration dans la base des inventaires existants de trésors monétaires.

Le projet vise à intégrer dans la base des dépôts anciennement ou récemment découverts. -Trésors anciens : Le travail va consister d’abord à intégrer les archives manuscrites inédites de X. Loriot sur la région Bourgogne. Dans le même temps, les volumes papiers de la série des Trésors Antiques de la France (TAF) seront numérisés en format pdf. La série, qui couvre une partie seulement du territoire français, comporte 9 tomes. Le travail de numérisation va s’effectuer à Oxford, puis les données seront rentrées dans la base par des partenaires français de l’équipe ainsi que par P. Walton et B. Hellings. Les pdf réalisés seront remis à la Société Française de Numismatique pour une mise en ligne libre sur son site. -Trésors inédits : des trésors récemment mis au jour et souvent bien documentés d’un point de vue archéologique (et précieux par leur apport historique), seront également intégrés dans la base. Les rapports de fouilles récents de l’INRAP offriront ainsi de nouvelles données importantes, ainsi que les inventaires effectués Durant leurs recherches personnelles par les différents membres de l’équipe (P. Charnottet sur la region Centre, P. Nouvel pour la Bourgogne).

  • L’organisation d’ateliers et la publications de travaux de synthèse.

Le financement du PICS va permettre d’assurer des missions de terrain en France, d’organiser des réunions de travail et des ateliers, de participer enfin au colloque international de septembre 2016 à Oxford. Les réunions permettront aussi d’établir une stratégie de financement à moyen terme du projet (post docs, ANR/ERC).

 

Références citées :

AUBIN 2007 : Aubin G., ‘Les trésors (monétaires) antiques : le mot, les choses et les chercheurs’, in Baratte F., Joly M., Béal J. C. éd., Autour du trésor de Mâcon. Luxe et quotidien en Gaule romaine, Mâcon, p. 49-75.

BLANCHET 1900 : Blanchet A., Les Trésors de monnaies romaines et les invasions germaniques en Gaule, Paris.

BLANCHET 1936 : Blanchet A., ‘Les rapports entre les dépôts monétaires et les événements militaires, politiques et économiques’, Revue Numismatique, p. 1-70 ; 205-69.

DOYEN 2011 : Doyen J.-M.’, ‘Archaeology and Numismatics: can we reconcile the ‘fraternal ennemies’ ?’, Journal of Archaeological Numismatics, 1, p. I-VII.

PFLAUM 1977 : Pflaum H.-G., ‘L’importance des trésors pour la numismatique et l’histoire’, Bulletin du Cercle Numismatique, 14-1, p. 1-10.

REECE 2011 : Reece (R.), ‘Contexts in context’, Journal of Archaeological Numismatics, 1, p. 1-8.

TAF : Corpus des Trésors Monétaires Antiques de la France, X. Loriot, D. Nony éd., Paris, depuis 1982.